Micro-entrepreneuse, un vrai métier (1)

Nouvelles des femmes ayant suivi notre première formation


Cécile est coiffeuse. Elle travaille tout près de Bacongo depuis des années. Quand elle a rejoint la première formation, elle était un peu désespérée car son salon de  coiffure lui permettait à peine de vivre, et avec une grande irrégularité. « Je ne m’en sors pas », disait-elle souvent. « Pourquoi ? »

Les premières réunions et discussions auxquelles elle a participé à la Maison des femmes ont tournées autour d’une bonne gestion du stock. En discutant, Flore a réalisé qu’elle était très souvent à court de shampoings, ou de couleurs, de démêlants. Certains jours, elle ne pouvait pas recevoir ses clientes. Etait-ce là un problème ?

Cécile a donc décidé de réajuster systématiquement son stock tous les lundis matins, régulièrement. Et même d’acheter le shampoing en gros (c’est moins cher). Le but : ne plus jamais renvoyer une cliente qui se présentait dans le salon. Une année plus tard, Flore est simplement contente : sa clientèle est régulière et plus nombreuse. Au point qu’elle a engagé deux jeunes apprenties qu’elle forme. Et elle a le projet d’ouvrir son salon aux hommes dès qu’elle aura assez épargné pour louer un local plus grand.

Discuter et partager son expérience avec la formatrice et les autres femmes lui ont permis de comprendre pourquoi elle ne s’en sortait pas.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s